Des vicissitudes de l’amour

Comme je vous l’ai déjà dit, de temps en temps j’aime bien lire un classique pour parfaire ma culture générale. Ces derniers jours j’ai donc lu « Histoire de la princesse de Montpensier » de Madame de Lafayette.

Histoire de la Princesse

C’est un tout petit livre, à peine une centaine de pages, qui renferme en fait trois récits: « Histoire de la Princesse de Montpensier » donc, « Histoire de la comtesse de Tende » et « Histoire d’Alphonse et Bélasire ». Le tout est complété par une présentation qui pose les jalons historiques et par une annexe qui donne des repères biographiques concernant l’auteure et quelques pistes bibliographiques ( pour peu que l’on ait envie d’approfondir le sujet ).

Alors, qu’en dire? Pour être totalement honnête, je dois avouer que cette lecture n’a pas été agréable. Malgré le peu de pages j’ai mis un temps fou à lire la première histoire, ralentie dans ma progression par le style de Madame de Lafayette, redondant au possible et, évidemment, extrêmement daté. Les tournures de phrases du XVIIe siècle, alambiquées bien que le propos soit simple, la multiplication des personnages en début de récit, les références historiques ( vive les notes en bas de page ) et le peu de réalisme des histoires d’amour dont il est question ont été autant d’obstacles sur ma route.

Les deux premiers récits sont quasiment semblables en tous points, seul le dernier se démarque et tire son épingle du jeu. Rédigé à la façon d’une lettre, l’écriture y est plus aérée et, malgré une tendance à la répétition persistante, plus digeste.
Les trois parlent d’amours contrariées dont l’issue est on ne peut plus sombre: Madame de Montpensier et la Comtesse de Tende perdent en effet la vie suite à d’impossibles rebondissements qui mènent à la perte de l’objet de leur inclination, et Alphonse et Bélasire, que tout destinait à vivre heureux ensemble, finissent leur vie séparés et dans une solitude extrême à cause des affres de la jalousie.
Le tout est enrobé dans un récit au combien lyrique et romanesque.

Les écrits de Madame de Lafayette sont cependant intéressants d’un point de vue historique puisqu’ils sont un témoignage de ce que pouvait être la vie au XVIIe siècle pour les proches de la Cour. On y comprend l’importance pour les femmes de faire un bon mariage, utile et très souvent de raison. Leur union déterminant quelle serait leur vie: un mari proche du Roi leur permettait d’évoluer dans les hautes sphères de la société et de compter parmi les notables.
On y note aussi l’importance de l’image et le poids de la religion. Il était en effet primordial de suivre les conventions et de se conformer aux directives de l’Église ( qui, à l’époque, ne faisait qu’un avec l’État ), sous peine d’alimenter les rumeurs et de se retrouver en marge du groupe.
Chacun des personnages de ces histoires agit donc selon le peu de liberté que lui laisse cet imposant carcan et tente, malgré ça, de laisser s’exprimer ses sentiments.

Quoiqu’il en soit je peux désormais dire « je l’ai lu », et ce n’est pas si mal ^^
Je suis aussi curieuse de voir ce que peut donner le fameux roman « La Princesse de Clèves », considéré comme un incontournable de la littérature française de l’époque.

Enregistrer

Publicités

16 réflexions sur “Des vicissitudes de l’amour

  1. Je n’ai jamais lu quoique ce soit de cette auteure pourtant j’ai toujours voulu =)
    Je pense que je me pencherais d’abord vers la princesse de clèves également. C’est intéressant de lire ton avis en tout cas, surtout par rapport à son écriture au moins je serais préparée =)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s