Mes séries du moment #7

Ces derniers temps j’ai donné dans un peu tous les styles côté séries: du surnaturel, de l’humoristique, du feel good, du policier, de la science fiction…
Mais rien de trop sérieux, juste de quoi me changer les idées, me faire frissonner, sursauter, rire et réfléchir un peu ( quand même ).

South of hell, saison 1.

312818( bande annonce – en anglais – visible en cliquant sur l’affiche )

Le pitch: « Maria Abascal, chasseuse de démons aux pouvoirs innés, possède en elle un alter-ego maléfique, Abigail, qui se nourrit du mal que son hôte chasse chez les autres. Elles partagent une âme et une destinée, chacune essayant tant bien que mal de surpasser l’autre… »

On m’a conseillé cette série après que j’ai dit avoir aimé « Hemlock Grove » ( dont je n’ai toujours pas vu la saison 3 d’ailleurs ). Elles ont en effet comme point commun d’être produites/réalisées par Eli Roth, l’un des maîtres contemporains de l’horreur. Et, autant je déteste les films du genre, autant en série je suis plutôt bon public.
South of Hell est percutante et dérangeante à souhait, l’ambiance générale est lourde et son actrice principale, l’excellente ( et trop absente des écrans ) Mena Suvari, livre un jeu double parfait. Elle interprète en effet à la fois le rôle de Maria, chasseuse de démons, et de Abigail, l’entité que son père, leader d’une dangereuse secte, a placée en elle.
Personnellement j’ai adoré la première partie de la saison – la seule pour l’instant, consacrée aux missions de Maria ( aidée de son frère, l’instable David ), mais j’ai moins aimé la seconde, centrée sur l’affrontement entre la jeune femme et son ignoble père.
Et à l’heure actuelle rien ne dit qu’il y en aura une deuxième…

No tomorrow, saison 1.

286962( la bande annonce est visible en cliquant sur l’affiche )

Le pitch: « Evie, une jeune femme qui ne prend jamais de risques dans sa vie personnelle, tombe amoureuse de Xavier, un homme complètement insouciant, qui est persuadé que l’apocalypse est imminente et qui va l’encourager à établir une liste de choses à accomplir avant la fin du monde. »

Je cherchais une série légère, sans prise de tête, et je suis tombée sur celle-ci.
Je n’en attendais pas grand chose, juste passer un bon moment, et je dois avouer que j’ai été très agréablement surprise.
Une fois passée la ( petite ) déception d’avoir affaire aux clichés habituels de la comédie romantique, le fille canon mais un peu coincée et limite psychorigide qui tombe sous le charme du beau gosse rebelle et libre de toute attache, je me suis laissée embarquer par le duo d’acteurs qui porte la série, Tori Anderson et Joshua Sasse, et par l’irrésistible pléiade de rôles secondaires ( mention spéciale au trio Hank, Kareema et Deidre ).
J’ai aussi adoré que sous des airs de série légère « No tomorrow » soit en fait bien plus profonde qu’il n’y paraît. Grâce à cette histoire de fin du monde et de bucket list elle nous fait réfléchir sur l’intérêt qu’il y a à vivre pour nous, à faire autant que possible ce que l’on aime, à expérimenter sans cesse, et à se donner les moyens d’être réellement heureux.
J’ai beaucoup ri, j’ai été touchée aussi, je me suis rincée l’œil ( Joshua est vraiment à tomber – et dans la vie il est fan de poésie et de nature, l’homme parfait quoi! ^^ ) et ça m’a fait un bien fou!

You’re the worst, saison 1.

009050( bande annonce visible en cliquant sur l’affiche )

Le pitch: « Quand deux personnalités toxiques tentent une ébauche de relation. Jimmy, un écrivain égoïste, tombe sous le charme de Gretchen, une jeune femme auto-destructrice. Contre toute-attente, le courant passe entre les deux spécimens. »

Là aussi j’ai déniché cette série un peu par hasard. J’avais fini ( et adoré ) la saison 2 de « Casual » et je cherchais une série un peu dans le même genre, drôle mais pas superficielle, et intelligente. Et j’ai décroché le bon numéro.
Les acteurs sont terribles ( l’interprétation de Kether Donohue, qui joue Lindsay, la meilleure amie de l’héroïne, est hilarante, je suis archi fan! ), le duo principal fonctionne à merveille, et là aussi, comme pour « No Tomorrow » ( mais dans un style différent ), l’humour sert de couverture à un propos bien plus sérieux. La psychologie de chaque personnage est intelligemment travaillée, c’est ultra drôle, irrévérencieux et politiquement incorrect et, l’air de rien, ça fait réfléchir, notamment sur ce que signifie être en couple aujourd’hui.
J’ai adoré et je ne vais pas tarder à passer à la saison 2.

Sherlock, saison 4.

sherlock-season-4-promo-poster( bande annonce visible en cliquant sur l’affiche )

Le ( court ) pitch ( est-ce bien nécessaire d’ailleurs? ): « Les aventures de Sherlock Holmes et de son acolyte de toujours, le docteur Watson, sont transposées au XXIème siècle… »

« Sherlock » est, pour moi, de loin la meilleure adaptation télé du mythique enquêteur, notamment ( et surtout ) grâce à l’incroyable performance de Benedict Cumberbatch ( qui persiste et signe dans cette décoiffante saison 4 ) et au duo qu’il forme avec Martin Freeman.
J’avais beaucoup aimé les saisons précédentes et celle-ci n’a pas dérogé à la règle, bien que sa forme et son contenu soient pour le moins inhabituels et quelque peu déstabilisants. Elle ne compte en effet que 3 épisodes, chacun de la durée d’un long métrage, et s’intéresse de près à la vie privée et à la face cachée des personnages.
C’est bouillonnant, foisonnant, déconcertant, surprenant et tellement de choses encore!
Certains s’y sont peut-être un peu perdus mais MrJuin et moi n’en avons pas perdu une miette.

Colony, saison 1.

004157( bande annonce visible en cliquant sur l’affiche )

Le pitch: « Dans un futur proche, les extraterrestres ont colonisé la Terre. Et pourtant, la plupart des humains ne savent pas à quoi ces aliens ressemblent, les personnes chargées de faire régner l’ordre étant des collaborateurs. A Los Angeles, les Bowman vivent comme beaucoup d’autres sous une menace constante. Lorsque le passé de Will, le père de la tribu, remonte à la surface, le gouverneur du secteur offre à cet ancien du FBI de mettre ses compétences à profit pour étouffer la progression de la résistance. Alléchés par la possibilité de retrouver leur fils cadet disparu depuis le jour de l’occupation, Will et son épouse Katie vont devoir prendre la plus difficile décision de leur existence. Choisiront-ils de collaborer… ou de résister ? »

Quand on a vu que cette nouvelle série de science-fiction allait passer à la télé, MrJuin et moi nous sommes dit « pourquoi pas »?. On n’en avait pas entendu parler mais ça nous faisait plaisir de revoir Josh Holloway à l’écran ( on l’avait adoré dans « Lost » ) et le résumé était plutôt sympa.
On a donc regardé cette première saison sans à priori et, même si le démarrage a été un peu lent, la sauce a fini par prendre et on a suivi les aventures de Will et Katie avec plaisir. La réalisation est propre, les acteurs sont bons ( on en a déjà vus beaucoup dans d’autres séries: « Mentalist », « Dr House », « Prison Break »… ), il y a de l’action et du suspens, une tension quasi constante qui tient le spectateur en haleine, bref, c’est plutôt bien fait.
Ce n’est pas la série du siècle mais elle se regarde sans soucis et, grâce à l’habile cliffhanger de fin de saison, on a hâte de voir la suite.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

2 réflexions sur “Mes séries du moment #7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s