Groenlo

Si comme moi vous avez regardé « The Voice » l’année dernière vous avez peut-être plus particulièrement remarqué l’un des candidats: Neeskens.
Personnellement, j’avais adoré sa version de « Wicked Game » ( de Chris Isaak ), toute en sobriété et en émotion, et j’avais espéré qu’il aille loin dans l’aventure. Après réflexion je me dis aujourd’hui que ce n’est pas plus mal que ça n’ait pas été le cas parce qu’on perd toujours un peu de sa particularité et de son unicité dans ce genre de grosse machine commerciale.
Nesskens donc. Contrairement à ce que l’on pourrait penser il est originaire des Pays Bas, et plus particulièrement de la ville de Groenlo, à laquelle il a rendu hommage avec son premier EP – sorti en 2013 ( suivi d’un premier album studio en juin 2015 ) – et le titre éponymes.
C’est justement ce morceau ( interprété dans sa langue natale – ce qui, à mon avis, participe à la magie du moment ) que je veux vous présenter aujourd’hui et, plutôt que de brasser du vent en tentant de vous le décrire, je préfère citer la présentation officielle de l’artiste qui en dit le principal:

Si la vie de Neeskens est un carrefour, sa musique l’est également. On y trouve un foisonnement de lieux, de vies, de couleurs. Des traces, des empreintes, des interrogations : la musique de Neeskens n’assène rien, ne tranche rien, mais elle émeut, légère bannière flottant dans la brise, point focal pour ceux qui l’aperçoivent et s’en approchent. Sa mélancolie est douce et réconfortante, protectrice, comme ont pu l’être les remparts de la ville de Groenlo qui ornent sa pochette. Neeskens invoque dans le bouillonnement de son chaudron les ombres portées par d’autres créateurs solitaires, de Nick Drake à Elliott Smith, Andrew Bird ou Damien Rice, formant ainsi une confrérie d’artisans dont les sculptures mélodiques restent des phares, des points d’appui qui continueront longtemps à envoûter et soutenir les oiseaux de nuit attendant le moment de remettre le disque sur la platine.

Le titre est donc à écouter et savourer en live et acoustique ici.

 

Publicités

8 réflexions sur “Groenlo

  1. J’avais apprécié sa prestation dans the voice. 🙂

    Je profite aussi pour te dire que je t’ai nominée au liebster award (enfin si tu souhaites participer).

    J'aime

  2. Je ne me souvenais pas plus que ça de sa presta chez The Voice, après, comme toi, je crois que pour certains artistes il est préférable de ne pas aller loin dans l’aventure quand ils ont un univers, histoire de rester fidèles à ce qu’ils sont.
    Pour en revenir à ce Neeskens, la musique que tu nous donnes, j’en suis amoureuse ! Sincèrement. Je crois qu’elle va me suivre un petit moment ! (et enquêter sur le reste)
    Merci pour la découverte.

    J'aime

    1. J’ai eu un véritable coup de cœur aussi quand je l’ai entendue, elle m’a filé des frissons et j’ai eu l’impression de faire un incroyable voyage immobile. Tout ça avec sa voix et une simple guitare…
      J’espère qu’il ira loin parce qu’on a besoin d’artistes comme lui 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s