D’une lutte contre l’inconnu

Hier soir j’ai fini de lire « Jade, fille de l’eau » de Nina Blazon.

Jade

Le résumé: « Jade vit dans une ville commandée de main de fer par la redoutable Lady Mar. La souveraine, qui semble terrifiée par l’eau, a déclaré la guerre aux Échos, des créatures aquatiques aux pouvoirs étranges. Jade qui dissimule qu’elle est à moitié Écho oublie le danger quand un nouveau venu arrive en ville : Faune, qui l’attire irrésistiblement. Mais Faune est un chasseur d’Écho qui a grandi dans la haine de ce peuple inconnu. Voilà Jade amoureuse de celui qui pourrait bien la tuer. »

Avec ce roman, Nina Blazon nous propose une plongée dans une ville imaginaire sur laquelle règne une mystérieuse femme, Lady Mar, et au cœur de laquelle couve une révolte contre l’ordre établi.
Dans cette cité acquise lors de la Guerre d’Hiver, durant laquelle les précédents dirigeants ont été renversés, vivent tant bien que mal Jade et son père Jakob. Ils s’occupent du Larimar, un hôtel en bord de rivière qui, bien que partiellement délabré, leur permet d’avoir une existence acceptable tout en se tenant à l’écart du palais, des Chasseurs, le terrifiant service d’ordre de la Lady, et des Échos, de sombres créatures à propos desquelles courent des légendes mais dont personne ne sait finalement grand chose. On les dit faits d’eau et en perpétuelle quête de sang, et tous les craignent.
Jade, dont les journées passent au rythme des coupures d’électricité qui plongent l’hôtel dans le noir, des expéditions dans la Ville Morte et des visites à Martyn, son meilleur ami qui appartient aux Gens du Fleuve et avec lequel elle a vécu une histoire d’amour, voit son quotidien bouleversé par l’arrivée au Larimar de deux étrangers. Placés là aux ordres de Lady Mar, Tam le dénicheur et son jeune acolyte Faune viennent de la lointaine contrée du Nordland et imposent leur volonté au sein de la bâtisse, envahissant l’espace vital de Jade et s’accaparant les plus belles chambres pour stocker de nombreuses caisses qui semblent renfermer de menaçantes créatures..
La curiosité de la jeune fille est attisée par leur obscure allure et le secret qui entoure leur mission, et elle ne tarde pas à les observer, bien décidée à en apprendre plus à leur sujet. Mais ce qu’elle s’apprête à découvrir dépasse tout ce qu’elle a pu imaginer jusque là et, contrairement à ce qu’elle pense, la concerne directement.

Jade a grandi dans cette ville tenue d’une main de fer par Lady Mar, une mystérieuse dirigeante qui porte un masque de fer, cache la moindre parcelle de sa peau et reste à l’écart du peuple, confinée dans son palais. L’arrivée au pouvoir de cette femme, qui s’est imposée par la violence, a donné naissance à une société où règne la peur, divisée entre la classe privilégiée des Lords, le clan des Gens du Fleuve, les seuls autorisés à naviguer sur la Wila ( le cours d’eau qui traverse la ville ) et une population opprimée qui survit avec peu de moyens et craint les interventions des Chasseurs.
Jade, éprise d’ailleurs et de liberté, se satisfait mal de cette vie sans perspectives et voit dans l’arrivée de Tam et de Faune l’occasion d’en apprendre plus sur le reste du monde. Mais les deux hommes, qui louent leur service à la Lady, ne comptent pas nouer de relation avec leurs hôtes forcés et leur proximité avec les chasseurs représente un danger non négligeable.
La jeune fille doit cependant bientôt se rendre à l’évidence: le plus jeune des deux, Faune, l’attire autant que son attitude sauvage et hautaine l’exaspère. Elle est prête à tout pour savoir qui il est et cette quête va la mener à voir sa ville sous un nouveau jour.
Elle découvre vite que les choses sont en mouvement et que le pouvoir de Lady Mar n’est pas aussi stable qu’il le paraît. La sombre dirigeante, se sentant menacée, a lancé une chasse aux rebelles et ses hommes de main sont plus présents que jamais. Le bruit court même qu’un héritier des anciens rois aurait survécu, qu’il aspirerait à prendre la place qui lui revient et que les Échos auraient un rôle à jouet dans son possible retour.
Mais Jade ignore tout du passé de la ville et son père élude les nombreuses questions qu’elle lui pose, surtout depuis qu’il s’est rapproché de la volubile Lilinn. Sa quête s’annonce semée d’embûches et les enjeux, notamment personnels – en grande partie à cause de son rapprochement avec Faune-, sont nombreux. La jeune fille s’apprête à s’engager dans une lutte qui la dépasse, sans savoir vraiment à quel camp elle appartient mais sûre de ce pour quoi elle se bat, et à lever le voile qui obscurcit ses origines depuis toujours; elle n’en sortira pas indemne mais le prix à payer pour grandir et s’affranchir de son passé est souvent élevé.

Ce roman est agréable à lire, la plume de Nina Blazon est plaisante, mais j’ai eu un peu de mal à pénétrer dans cet univers si particulier. Le récit ne comporte pas de préambule et on se retrouve projeté en pleine action, sans aucun repère ni aucune explication sur le monde dans lequel évoluent les personnages. Quelques indices sont disséminés au fur et à mesure de l’histoire mais, au final, on ne sait que très peu de choses sur la ville et ses habitants. Or, en ce qui me concerne, pour bien apprécier un livre de type fantasy j’apprécie d’en apprendre le plus possible sur le contexte, notamment sur les paysages et le fonctionnement de la société. J’ai du coup été en partie frustrée par ce peu d’informations fournies au lecteur.
Mais j’ai aimé faire la connaissance de Jade et de son père qui sont deux personnages attachants, le lien entre eux est très touchant, et j’ai apprécié que l’histoire entre la jeune fille et Faune ne prenne pas le pas sur le reste du récit. Leur relation apporte un plus au roman sans pour autant reléguer le reste au second plan. C’est d’autant plus agréable que comprendre les enjeux de la révolte qui secoue la ville requiert un minimum de concentration. Les révélations sont essentiellement concentrées dans la dernière partie du livre, elles succèdent les unes aux autres, et il est parfois utile d’y revenir à deux fois pour être sûr d’avoir bien saisi. Le passé de Jade, la nature et les origines de Faune, la mission de Tam, l’identité de Lilinn, l’action des rebelles, le rôle des Échos… tout est par moment assez confus. J’ai d’ailleurs trouvé que certaines révélations étaient peu convaincantes parce que trop tirées par les cheveux. Mais bon, ça c’est purement subjectif. Au final « Jade, fille de l’eau » est à la fois le récit de la libération d’une ville et d’une jeune fille.
Et dans l’ensemble je peux dire que j’ai passé un bon moment et c’est tout ce qui compte.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s