Never let me go

Hier soir, faute de programme valable à la télé, je suis partie en quête d’un bon film à visionner et, après pas mal d’hésitation, mon choix s’est porté sur « Never let me go » de Mark Romanek.

( bande annonce visible en cliquant sur l’affiche )

J’en avais vaguement entendu parler mais c’est surtout le casting qui m’a convaincue. On y trouve en effet trois très bons acteurs: Keira Knightley, Andrew Garfield et – une de mes actrices favorites – Carey Mulligan. C’est cette dernière qui interprète le personnage principal, Kathy.

Kathy, Ruth et Tommy grandissent ensemble au sein d’une institution privée, Hailsham, dirigée par l’énigmatique Miss Emily ( interprétée par Charlotte Rampling ). Leurs journées ressemblent à celles de tous les jeunes écoliers, partagées entre les cours et les jeux, jusqu’à ce qu’une nouvelle venue dans l’équipe encadrante, Miss Lucy, leur dévoile la vérité sur leurs origines et leur avenir. Dés lors, rien n’est plus pareil, leur insouciance s’envole et leur amitié est mise à mal.

Le film tourne autour du personnage de Kathy; on fait sa connaissance alors qu’elle a 28 ans et qu’elle se remémore les jours heureux passés à Hailsham. Elle repense surtout à ce qui la liait à Ruth et Tommy.
A la fin des années 60, tous trois sont d’insouciants élèves de 4e année. Attentifs aux discours inspirants de Miss Emily, qui met l’accent sur l’importance de conserver un corps sain et sur le fait qu’ils sont des êtres à part, ils ont confiance en l’avenir et se laissent porter par leur quotidien.
Kathy, amie depuis toujours avec Ruth, se rapproche peu à peu de Tommy, que les autres élèves mettent à l’écart parce qu’il n’excelle ni en sport ni en arts plastiques, et un lien fort se noue entre eux.
Tout semble aller pour le mieux jusqu’à l’arrivée à Hailsham de Miss Lucy, une nouvelle enseignante, qui s’étonne très vite de la docilité des enfants et de leur naïveté. N’y tenant plus, elle profite un jour de l’un de ses cours pour leur dévoiler toute la vérité. Une vérité violente et sombre. Tous les élèves ne sont en fait que des clones, tenus à l’écart du monde dans l’enceinte de l’institution et destinés, lorsqu’ils auront atteint l’âge requis, à faire don de certains de leurs organes pour sauver la vie de riches inconnus. Ils n’intégreront jamais la société et n’ont donc aucun avenir sinon celui de servir de pièces de rechange.
L’annonce, à laquelle aucun d’entre eux ne s’attendaient, remet tout en question, y compris, et surtout, l’amitié entre Kathy, Ruth et Tommy. En effet, alors que Kathy perd sa joie de vivre et se met à l’écart, Ruth en profite pour mettre la main sur le cœur de Tommy.
Les années passent, tous trois quittent Hailsham et, après avoir passé quelques années à attendre d’être assez âgés dans un centre perdu en pleine campagne, chacun se voit confier une mission: Kathy officie en tant qu’accompagnante ( elle adoucie les vie des donneurs ) alors que Ruth et Tommy, désormais séparés, occupent pleinement leur fonction de donneurs. Rien ne semble pouvoir les réunir sinon les hasards de la vie…

Alors… comment vous parler de ce film?
D’apparence classique, c’est en fait un film d’anticipation dont le propos qui sert de toile de fond à l’intrigue relève de la science fiction. Le monde qui nous est présenté ressemble en tous points au notre sauf que le clonage humain y a court depuis de nombreuses années ( depuis les années 50 exactement ). Des enfants clonés voient le jour et son élevés au sein d’établissements privés, volontairement maintenus dans l’ignorance et à l’écart du monde. Éduqués alors qu’ils n’ont aucun avenir, ils n’ont pour seul intérêt aux yeux de la société que de posséder des organes de rechange pour de riches personnes ayant de graves problèmes de santé. Grâce à eux, exit le cancer et toutes les autres maladies mortelles, l’espérance de vie atteint désormais aisément la centaine d’années.
Mais le film évite intelligemment de montrer l’aspect scientifique des choses. Le clonage n’est jamais dévoilé, ni clairement nommé, il n’est que suggéré. Et c’est là toute sa force. L’accent n’est pas mis sur l’aspect science fiction de l’histoire mais bien sur l’aspect humain des choses. Ce qui nous intéresse c’est l’amitié entre Ruth et Kathy,  l’amour que cette dernière porte à Tommy et, bien sûr, l’impact que la vérité a eu sur leur destinée.
« Never let me go » parle donc de relations humaines mais aussi, et surtout, de la Vie ( oui, avec un grand V ). Quelle vie peut-on espérer avoir quand on est maintenu à l’écart de tout? Quand on est en sursis? Quand l’ombre de la mort plane au dessus de nous? Vaut-il mieux vivre peu ou être en vie longtemps? Quel est le prix de la vie?… Autant de questions qui surgissent au fur et à mesure que l’histoire de Ruth, Kathy et Tommy se déroule sous nos yeux, chacun des personnages avançant inéluctablement vers le chapitre final de son existence.

Ce film conte un récit cruel qui nous touche en plein cœur et qui nous prend aux tripes. Sous couvert de dénoncer les travers de la course à l’immortalité, et les dangers des progrès scientifiques sans cesse repoussés, il cherche à nous faire prendre conscience de l’importance de la vie, de son caractère éphémère, et donc de l’urgence qu’il y a à vivre pleinement chaque moment comme si c’était le dernier. Trop de personnes attendent justement d’être en sursis pour oser, pour aimer, pour faire des expériences… pour vivre et se sentir vivants. On pense trop souvent à tort que l’on a le temps, mais que ferions-nous s’il nous était compté? Quels seraient nos choix?

Bref, tout ceci est un peu brouillon – et j’aurais aimé faire beaucoup mieux tant ce film m’a bouleversée-, mais je ne peux que vous conseiller de voir « Never let me go » ( ou de lire le roman dont il est tiré: « Auprès de moi toujours » de Kazuo Ishiguro ). Alors n’attendez pas, foncez!

Publicités

28 réflexions sur “Never let me go

  1. Il s’agit pour moi d’une bonne adaptation même s’il a ses quelques défauts (un peu brouillon, je suis d’accord avec toi). Mais la réflexion est bien là, la mise en scène reste bonne, les acteurs sont top et les personnages sont attachants, du coup l’ensemble reste émouvant.

    J'aime

    1. C’est toujours délicat de porter un roman fort à l’écran, mais je pense qu’ici le réalisateur s’en est plutôt bien tiré. Il va toutefois falloir que je lise le livre pour pouvoir me faire un avis objectif.

      J'aime

  2. si je peux me permettre, quand tu spoiles tu devrais prévenir tes lecteurs. mais tu as raison, l’histoire de ce film est vraiment son point fort et son casting est très bon. je suis aussi fan de carey mulligan

    J'aime

    1. Euh… il n’y a pas vraiment de suspens dans ce film, et donc pas vraiment de spoil possible.
      Comme je le dis dans mon article son intérêt réside dans les relations entre les personnages et la réflexion autour du thème de la vie, pas dans l’évocation du clonage ( comme c’est par exemple le cas dans « The Island » ).

      J'aime

  3. J’avais été le voir au ciné et avais aimé. Un film intriguant qui soulève des questions intéressantes.

    J'aime

  4. Ce film m’avait tellement ennuyé. Je le trouvais surfait autant dans l’histoire (qui est très prévisible à mes yeux), que dans le jeu des acteurs qui m’avaient énormément ennuyé. Enfin, je vois qu’il t’a marqué fortement. Je devrais peut être lire le livre pour me créer mon propre monde !

    J'aime

    1. Il est triste oui, à cause du destin tragique des personnages, mais je ne le trouve pas déprimant. C’est comme un coup de pied aux fesses en fait: ça fait mal mais ça remet les idées en place! ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s