The invisible woman

Ces derniers temps j’ai, un peu par hasard, regardé pas mal de biopics. Celui sur Alan Turing tout d’abord, « Imitation game » ( avec l’excellent Benedict Cumberbatch ), puis celui sur Stephen Hawking, « Une merveilleuse histoire du temps » ( avec le bluffant Eddie Redmayne ), tous deux de très bons ( et inspirants ) films, et, enfin, celui sur Charles Dickens dont je vais vous parler.

Il s’agit de « The invisible woman », réalisé par Ralph Fiennes – que nous connaissons surtout en France comme acteur, ne serait-ce que pour son immense rôle de Voldemort dans la saga « Harry Potter » -, avec la talentueuse Felicity Jones ( qui joue aussi dans « Une merveilleuse histoire du temps » ).

( bande-annonce visible en cliquant sur l’affiche )

A la fin des années 1850, Charles Dickens, marié et père de nombreux enfants, mène une vie palpitante d’écrivain renommé et d’acteur/metteur en scène de théâtre passionné. Alors qu’il monte la pièce de son meilleur ami, l’auteur William Wilkie Collins, il fait la rencontre d’une actrice débutante: Ellen « Nelly » Ternan.
La jeune femme, issue d’une famille de gens du théâtre, possède une fraîcheur et une authenticité qui bouleversent l’homme mûr et lui font remettre sa vie en question. Pour le meilleur et pour le pire…

Ralph Fiennes nous présente dans ce film un Charles Dickens méconnu et insoupçonné. Homme publique adulé, souvent assailli par une foule d’admirateurs, il est malheureux en ménage et ne partage plus rien avec son épouse, sinon les moments passés avec leurs dix enfants. Féru de théâtre, il se plonge à corps perdu dans la mise en scène, et l’interprétation, de « Profondeurs glacées », la pièce de son ami Wilkie Collins et, suite à la défection d’une des actrices, accueille dans la troupe la jeune Ellen Ternan, de 27 ans sa cadette. Pourtant peu expérimentée ( alors que ses sœurs sont déjà très demandées ), « Nelly » fait forte impression et sa prestation laisse penser à l’écrivain qu’elle a de l’avenir dans le métier. Le destin est désormais en marche, Dickens et Ternan se lient d’une amitié pétrie d’admiration -pour elle-, et bientôt balayée par un amour inconsidéré -pour lui-.
Mais Charles est un homme marié et, dans l’Angleterre du XIXe siècle, le poids des convenances laisse peu de place à la spontanéité et aux histoires passionnelles. Alors qu’Ellen freine des quatre fers par peur de voir sa réputation compromise, l’écrivain, véritable star de son temps, prend les choses en main et fait publier dans la presse une annonce révélant sa séparation en bonne et due forme d’avec son épouse ( sans même l’avoir consultée ).
La situation étant désormais plus claire, la jeune femme finit par céder à la tentation et devient la maîtresse de l’ombre, celle dont personne, en dehors de sa famille et de Wilkie, ne doit connaître l’existence sous peine de voir un scandale éclater en place publique.
Cette histoire sera tout à la fois la plus belle et la plus terrible de sa vie, l’ayant marquée au fer rouge et continuant de la hanter de nombreuses années après la mort de Dickens ( alors qu’elle a pris un nouveau départ ).

Ce film est donc l’histoire d’un amour, le portrait d’un grand homme aussi, et celui d’une jeune femme au destin exceptionnel.
Ralph Fiennes signe un long métrage tout en force et subtilité mêlées, à la photographie bouleversante, servi par des acteurs, Felicity Jones en tête, au jeu d’une furieuse intensité. Cela aurait pu être une histoire de cœur classique si ce n’était celle d’un des écrivains les plus connus au monde ( entièrement dévolu à son art et à son public ), et si elle avait eu lieu dans d’autres circonstances et, surtout, à une autre époque. La notoriété de Dickens et les convenances de rigueur dans la bonne société anglaise du XIXe siècle sont en effet autant de bagages bien trop lourds pour les frêles épaules d’une toute jeune femme qui fait ses débuts sur scène comme dans la vie. Personne simple et réservée, agissant, et jouant même, avec beaucoup de retenue, rien ne la prédestinait à vivre une telle passion. Partagée entre l’immense admiration qu’elle voue à l’homme de lettres, lectrice passionnée de ses écrits, et la peur de succomber aux sentiments qui se bousculent en elle et de se voir clouée au pilori par ses pairs, elle se retrouve bien malgré elle, et après une période d’insouciance et de bonheur partagés ( il se montre avec elle aussi doux et bon qu’il est cassant et cruel avec sa femme ), sacrifiée sur l’autel de la bienséance et des apparences. Résignée à rester la femme cachée, elle en vient même à accepter que celui qu’elle aime, et pour qui elle a accepté d’endurer la mise à l’écart du monde et le silence, nie ouvertement son existence dans un moment où sa présence à ses côté lui est pourtant indispensable.
C’est donc tout à la fois l’histoire d’un immense bonheur et d’une profonde douleur, toujours tue, qui nous est comptée et qui nous touche en plein cœur.

A voir absolument!

Publicités

17 réflexions sur “The invisible woman

  1. J’ai vu et adoré autant « Une merveilleuse histoire de temps », qu' »imitation game ». Du coup, comment résister à cette chronique? S’il est en Vod, je le regarde mercredi soir ! Je te fais entièrement confiance. Merci d’en avoir parlé !

    J'aime

    1. Il n’est malheureusement pas encore sorti en DVD en France mais il existe sur quelques sites en VOD ( sinon en streaming – mais bon, je ne peux pas t’encourager à contourner la loi ^^ ).
      C’est vraiment un film qui vaut le détour, ne serait-ce que pour la prestation de Felicity Jones, alors fonce! 🙂

      Aimé par 1 personne

        1. En même temps s’il avait été distribué en France on n’aurait pas de soucis pour le voir… Parfois je ne comprends pas le choix fait de ne pas montrer un film chez nous, enfin si, je sais que ça correspond essentiellement à une logique mercantile mais quand même, un film sur Dickens!

          Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s