D’une plongée dans les méandres de l’âme humaine

Avant hier j’ai fini de lire « Boire la tasse » de Christophe Langlois.

Boire la tasse

Comme je vous l’ai dit il y a quelques semaines: je l’ai trouvé lors d’un vide-grenier, perdu au milieu de classiques de la SF.

Le résumé pour rappel: « Les mers intérieures voient parfois se déchaîner les pires tempêtes. L’heure du thé est souvent celle où l’on entend les histoires les plus terribles.
Infusées longtemps, acides et intrigantes, les histoires de Christophe Langlois sont comme des gorgées intenses où le goût du mystère croise celui de l’étrange. Héritier de Buzzati dans un monde moderne qui laisse entrevoir un peu de son antique barbarie, l’auteur de ces quinze histoires a l’art de surnager dans nos apocalypses quotidiennes sans craindre de nous provoquer. »

Attirée par sa couverture, sobre mais intrigante, et par l’évocation de Dino Buzzati sur la quatrième de couverture, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre. ça faisait un moment que je n’avais pas lu de recueil de nouvelles et celui-ci a piqué ma curiosité ( et puis bon, à 2€ pourquoi ne pas craquer? ).

L’auteur, Christophe Langlois, est un passionné de littérature – tant comme lecteur que comme écrivain – qui a été tour à tour professeur de Lettres et conservateur de Bibliothèque ( à la BNF notamment ). Autant vous dire que ça se ressent dans sa façon d’écrire. Il possède une plume moderne, épurée sans pour autant être froide, riche, et qui appelle au questionnement et à la réflexion. Ses nouvelles, sous des airs de conte fantastique inoffensif , tiennent souvent de la fable philosophique et laissent une empreinte indélébile dans les pensées.
Les thèmes abordés sont variés et d’actualité: les dérives de la chirurgie esthétique, l’intolérance du quotidien, l’influence grandissante de la mode, le vieillissement galopant de la société, l’égalité des chances… Chacun traités selon un angle particulier et avec un style incisif.

Comme souvent avec les recueils de nouvelles, j’ai toutefois trouvé celui-ci inégal. Autant certains récits m’ont emportée et marquée au fer rouge ( mention spéciale à « Hitler en Laguna » ), autant quelques autres m’ont laissée de marbre ( peu heureusement – « Intégralité » entre autres ).
Mais cela n’enlève rien au talent de Christophe Langlois qui manie la langue française avec brio , telle une arme habile à remuer nos certitudes et à réveiller notre conscience et notre esprit critique.

 

 

Publicités

4 réflexions sur “D’une plongée dans les méandres de l’âme humaine

    1. Je n’étais pas très « chaude » non plus au départ mais je trouve ça sympa de tenter de nouvelles expériences littéraires de temps en temps 🙂

      J'aime

  1. C’est vrai que pour le prix, tu n’avais aucune raison de ne pas craquer. C’est vrai aussi que la couverture est attrayante/intrigante.
    Je dois admettre lire très peu de nouvelles (je pense que tu le sais), mais ta chronique me donne très envie de le chercher, celui-ci. Il faut bien sortir de ses « zones de confort », non?
    Puis même s’il est inégal, tu donnes de sacrés arguments! Je note, donc.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s