Un dimanche en famille 3

Hier nous avons été pour la première fois à la bibliothèque du village afin d’y inscrire MiniJuin. A la vue de tout ces livres elle était excitée comme une puce et ne savait plus où donner de la tête, c’était trop rigolo à voir.
On est donc rentrés avec 5 livres sous le bras, dont deux sur le thème de la rentrée puisqu’elle entre à l’école en septembre et qu’elle a quelques petites appréhensions.

Aujourd’hui, dans la matinée, nous sommes allés au vide-grenier de la commune voisine ( il nous suffit de traverser un pont pour nous y rendre ). L’année dernière nous y avions déjà trouvé pas mal de petites choses et nous étions bien décidés à chiner de nouveau avec succès cette fois-ci.
Entre deux averses, ou carrément sous la pluie, nous avons donc déniché quelques babioles à vil prix.

Pour ma part j’ai, évidemment, trouvé quelques livres:

« Les nuits fauves » de Cyril Collard.

Le résumé: « Il a trente ans. Il aime les garçons. Et les corps anonymes qui s’emparent de lui dans les rites pervers des nuits fauves. Il aime les filles de passage. Et Laura.
Il est séropositif. Lâcheté ou panique, il ne l’a pas dit à Laura. Il l’a peut-être contaminée. Elle a dix-sept ans et l’aime jusqu’à la folie, usant de tout pour ne pas le perdre: prières, violence, mensonges, chantage.
Ils s’aiment et se déchirent dans un rythme serré de clip vidéo, où défilent les ombres et les lumières de la ville, où le répondeur téléphonique hache les mots de la passion. Avec, soudain, de lentes plages de mémoire.
Menacé de mort, il naît au monde qui l’entoure. Il est vivant… »

1

C’est désormais un classique mais je ne l’ai jamais lu ( ni vu le film d’ailleurs ). Je vais maintenant pouvoir combler cette lacune ( pour 1€ ).

« Scintillation » de John Burnside et « Boire la tasse » de Christophe Langlois.

Le résumé du premier: « Dans un paysage dominé par une usine chimique abandonnée, au milieu de bois empoisonnés, l’Intraville, aux immeubles hantés de bandes d’enfants sauvages, aux adultes malades ou lâches, est devenue un modèle d’enfer contemporain. Année après année, dans l’indifférence générale, des écoliers disparaissent près de la vieille usine. Ils sont considérés par la police comme des fugueurs. Leonard et ses amis vivent là dans un état de terreur latente et de fascination pour la violence. Pourtant Leonard déclare que, si on veut rester en vie, ce qui est difficile dans l’Intraville, il faut aimer quelque chose. Il est plein d’espoir et de passion, il aime les livres et les filles. Il y a dans ce roman tous les ingrédients d’un thriller, mais le lecteur est toujours pris à contrepied par la beauté de l’écriture, par les changements de points de vue et leur ambiguïté, par le raffinement de la réflexion sur la façon de raconter les histoires et les abîmes les plus noirs de la psychologie. On a le souffle coupé, mais on ne sait pas si c’est par le respect et l’admiration ou par la peur. On est terrifié mais aussi touché par la grâce d’un texte littéraire rare. »

Le résumé du second: « Les mers intérieures voient parfois se déchaîner les pires tempêtes. L’heure du thé est souvent celle où l’on entend les histoires les plus terribles. Infusées longtemps, acides et intrigantes, les histoires de Christophe Langlois sont comme des gorgées intenses où le goût du mystère croise celui de l’étrange. Héritier de Buzzati dans un monde moderne qui laisse entrevoir un peu de son antique barbarie, l’auteur de ces quinze histoires a l’art de surnager dans nos apocalypses quotidiennes sans craindre de nous provoquer. Humour noir, écriture au cordeau, imagination débridée sont les ingrédients de ce recueil de nouvelles que vous dégusterez en prenant garde de ne pas mordre la fine tasse qui les contient. »

2

Trouvés au milieu d’un carton remplis de classiques de la SF ( Barjavel, Pratchett, Asimov… ), j’ai flashé sur leur couverture et sur le résumé ( pour 2€ chacun ).

Et puis, pour compléter ma petite collection d’appareils photos vintage, j’ai acheté un Brownie de Kodak au look super sympa ( avec sa sacoche d’origine mais sans son flash – pour 1€ ):

3
MrJuin a trouvé quelques DVD, le jeu Atmosphere ( en DVD – je suis sûre que certains d’entre vous se rappellent de la pub ) et quelques comics.
Et, bien évidemment, nous avons acheté des bricoles à MiniJuin. Pas grand chose en fait, on a été raisonnables, mais parmi elles un petit salon de thé Hello Kitty girly et kawaï à souhait:

4

 

Publicités

4 réflexions sur “Un dimanche en famille 3

  1. J’aime beaucoup faire les brocantes moi aussi, on trouve souvent des choses vraiment sympa pour très peu. Ton appareil photo est superbe et la petite maison de ta fille toute choupi et puis rose ! =) Bon dimanche !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s