De la vie à Paris au XIXe siècle

Il y a quelques jours maintenant que je suis enfin parvenue à la fin du ( petit ) pavé que représente « L’Éducation sentimentale » de Flaubert. 500 pages imprimées en petits caractères ça a quelque chose d’un marathon littéraire ^^

Alors me direz-vous, il en ressort quoi au final? Et bien je suis mitigée. Déjà en ce qui concerne le titre que, personnellement, je juge trompeur dans le sens où l’amour en tant que tel n’occupe finalement qu’une petite partie de l’ouvrage. J’aurais plutôt intitulé ce roman « Une expérience de la vie mondaine » ou quelque chose dans ce goût là parce que c’est finalement de ça qu’il s’agit: les pérégrinations d’un jeune provincial ( Nogent à l’époque c’est encore la pleine campagne ) dans sa tentative, pour beaucoup maladroite, de se faire une place et un nom dans la haute société parisienne. Son amour pour Mme Arnoux passe bien vite au second plan, balayé par son ambition, son goût pour les belles choses, les femmes, et son désir d’être quelqu’un.
J’ai vraiment apprécié le style de l’auteur, qui flirte souvent avec la poésie, notamment lorsqu’il s’agit de décrire un paysage ou de traduire les sentiments du personnage principal, mais certains passages traitant de la politique de l’époque ( de l’insurrection républicaine notamment ) sont plus que rébarbatifs. Il n’y a pas d’action à proprement parler et l’intrigue, si tant est que l’on puisse appeler ça comme ça, prend un certain temps à se mettre en place. Les choses ne s’accélèrent réellement que dans la troisième, et dernière, partie de l’ouvrage.
Je résumerais le tout par cette maxime bien connue: « le mieux est l’ennemi du bien »; il faut en effet savoir apprécier le peu que l’on a et ne pas sans cesse en vouloir plus… au risque de tout perdre.

Une lecture agréable donc mais, à mon sens, pas incontournable.

Pour conclure, et pour le plaisir, quelques photos du Paris de l’époque:

– Boulevard du Temple ( 1839 ).

– Le Louvre vu de la rive gauche ( 1840 ).

– Montmarte ( 1840-50 ).

– Le Panthéon et la rue Soufflot ( années 1850 ).

– Construction de l’opéra Garnier ( années 1860 ).


( source: Info Histoire )

Publicités

8 réflexions sur “De la vie à Paris au XIXe siècle

  1. Ce bouquin je l’ai commencé ado et je n’ai jamais réussi à le terminer tellement je détestais le personnage principal. Il m’insupportait. Donc chapeau de l’avoir achevé ! J’aimerais bien lui redonner une chance : un jour viendra =)

    Et très jolies photos au passage : j’adore les photos d’époque ça fait voyager dans le temps !

    J'aime

  2. Félicitation !!
    Je ne l’ai jamais lu, et je dois t’avouer qu’il ne me tente pas forcément malgré son titre accrocheur et contrairement à d’autres classiques,. m’enfin…
    « le mieux est l’ennemi du bien; il faut en effet savoir apprécier le peu que l’on a et ne pas sans cesse en vouloir plus… au risque de tout perdre. » On l’oublie souvent, mais pas facile de s’y résoudre, parfois.
    Je trouve la photo « Boulevard du Temple », CANON !

    J'aime

    1. Il n’était pas dans ma liste des classiques à lire mais comme je l’ai reçu gratuitement…
      Au moins maintenant je saurais de quoi il s’agit si j’en entends parler 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s