Unbroken

Je reviens du cinéma et je suis comme qui dirait… sonnée.

L’année dernière je suis tombée par hasard sur un article parlant du dernier projet cinématographique d’Angelina Jolie. En tant que réalisatrice, elle venait de finir la mise en images de l’incroyable destin d’un homme, quasiment inconnu de tous ici en France mais célèbre aux USA: Louis Zamperini.

J’ai donc été voir « Invincible », ledit film, cet après-midi. Et j’ai, comme on dit vulgairement, pris une grosse claque. Une bonne grosse gifle. Du genre qui laisse des traces.
Le long-métrage n’est pas exceptionnel en soi, mais l’histoire dont il témoigne est juste incroyable. Pourquoi me direz-vous? Parce qu’elle a pour « héros » un homme que rien ne prédestinait à le devenir.

Louis est né aux États-Unis en 1917 de parents immigrés Italiens. Jeune rebelle, voire carrément délinquant, il donne bien du soucis à ses parents. Mais c’est sans compter sur l’appui et l’amour de son grand-frère Pete qui sait voir au-delà de ses bêtises à répétition et qui lui donne, entre autres, le goût de la course à pied et le déclic pour agir en vainqueur. Là où Louis lui-même n’a que peu d’espoir en son avenir, Pete a pleinement foi en son frère et le pousse en avant.
Et la colère du petit « métèque », malmené par ses camarades puis par ses partenaires de course, se transforme en une rage qui ne le quittera plus.
Zamperini se distingue grâce au sport, remportant notamment le record du mile le plus rapide de l’époque alors qu’il est au lycée, et prend confiance en lui. Il intègre l’équipe olympique américaine et concourt aux jeux de Berlin en 1936, se qualifiant pour la finale du 5000m et rencontrant Hitler et Goebbels, impressionnés par sa rapidité.
A l’arrivée de la guerre il s’engage comme bombardier et officie dans les îles du Pacifique. Bien décidé à participer aux JO de Tokyo, il poursuit son entraînement entre deux missions.
Mais suite à l’une d’elle, en 1943, son avion s’abîme en mer et, aux côtés de deux autres survivants, il dérive durant de longs jours sur un canot de fortune. Ils finiront par être repêchés par la marine Japonaise et seront envoyés dans un camp de détention.

Le film se concentre essentiellement sur cette partie de l’histoire de Louis.
Angelina Jolie choisit de faire se chevaucher le présent et le passé durant la première partie afin de mieux nous faire comprendre comment s’est construite la personnalité du héros. S’en suit le difficile récit de la captivité au Japon, dans des conditions extrêmes et sous les ordres d’un caporal particulièrement cruel, paradoxalement d’autant plus sadique qu’il admire le courage et la détermination de sa victime. Une captivité de deux ans…

Autant être honnête: c’est un film dur, qui ébranle et remue. Mais la violence, sobrement filmée, n’y est jamais gratuite, et il a pour mérite de mettre en lumière un aspect de la Seconde Guerre mondiale que nous connaissons mal en Europe. Sans compter qu’il n’y a de parti pris pour aucun des deux camps.
Il s’agit juste de mettre en lumière le destin extraordinaire d’un homme ordinaire. Et comme souvent dans ce cas-là, on se demande ce que l’on aurait fait si la vie nous avait placés dans une situation similaire. Que faire quand rien ne nous a préparé à une telle déferlante de violence? Que faire quand on frôle la mort encore et encore? Que faire face à un ennemi sadique qui cherche par tous les moyens à vous briser? Qu’est-ce qui fait tenir dans de tels moments? Ou au contraire, qu’est-ce qui fait plier, abdiquer? Jusqu’où est on capable d’aller pour conserver sa dignité et revoir les siens? Personnellement je doute fort d’avoir une telle force en moi, une telle rage de vaincre et de vivre en dépit de tout, en dépit du pire. Inutile de vous dire que ça fait relativiser par rapport aux petits difficultés du quotidien.
Ça pousse aussi à réfléchir sur la guerre, sur le fait que, quoiqu’on en dise, il n’y a réellement ni gagnant ni perdant et qu’il ne peut y avoir de justification valable à la barbarie…

Je ne peux que vous conseiller ce film. Vraiment.
Les acteurs sont largement à la hauteur de l’histoire qu’ils portent sur leurs épaules, Jack O’Connell en tête.

Louis « Louie » Zamperini s’est malheureusement éteint l’année dernière à l’âge de 97 ans.

Vous pouvez regarder la bande-annonce du film ici, et lire un article détaillé sur Louis .

Publicités

2 réflexions sur “Unbroken

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s