De l’existence ( suite et fin )

Voilà, j’ai lu hier soir les dernières pages de « A comme aujourd’hui » de David Levithan.

Et… cette deuxième moitié du bouquin a confirmé mes premières impressions. La forme est simple, certes, mais le fond est plutôt riche.

Tout d’abord: l’histoire d’amour est efficace parce qu’impossible ( le syndrome Roméo et Juliette en quelques sortes ^^ ) et mêlée de suspens. Si l’auteur s’en était tenu à une gentille amourette entre ados à peine malmenée par les péripétie de la vie collégienne/lycéenne ça aurait été nettement moins intéressant. Là on est tenus en haleine du début à la fin, prenant tantôt le parti de A. ( ses sentiments son sincères et sa farouche envie de mener une existence « classique » est émouvante ) tantôt celui de Rihannon ( sa tentative vaine pour résister au jeu de séduction de A. est touchante et sa difficile décision à la fin du roman courageuse ).

Ensuite: David Levithan aborde de façon originale le sujet de l’adolescence, période  déstabilisante s’il en est, par petites touches, au travers des vies que A. emprunte successivement. Le héros ne se contente en effet pas d’occuper le corps de son hôte, ce qui n’est déjà pas évident, il fait aussi siennes ses émotions et sensations, qu’elles soient positives ou négatives. Être projeté dans le corps d’un/une ado bien dans sa peau et populaire ne pose pas de réel soucis mais l’être dans celui d’un/une ado pétri de mal être et quasi invisible pour son entourage est une toute autre affaire!

Et: la petite touche surnaturelle du livre est un réel plus. Qui est A., ou plutôt qu’est-il, peut-il mettre un terme à sa situation ou tout au moins la faire évoluer, est-il le seul dans ce cas…? Ce sont autant de mystères qui rendent la lecture de ce livre passionnante.

Pour finir: j’ai réellement apprécié les questions qui naissent subtilement du récit. Sans en avoir l’air l’auteur nous pousse à réfléchir à l’amour, la notion de genre, la vie au sens large et l’existence en particulier, l’adolescence, la famille, le destin… C’est agréable d’être intellectuellement stimulé en parcourant un roman pour adolescents, c’est une jolie surprise ( la cerise sur le gâteau en quelques sortes ).

Petit bémol cependant: personnellement j’ai eu l’impression de rester un peu trop en surface sur certains points, j’aurais aimé que le propos soit un peu plus fouillé, plus approfondi. C’est peut-être l’apanage des romans jeunesse, je ne sais pas.
Et je dois avouer que la fin m’a laissée… sur ma faim! J’ai ressenti une légère déception en refermant le livre, comme un goût d’inachevé, ce qui est assez désagréable sur le moment.

Un bon livre donc mais pas vraiment un coup de cœur. Peut-être suis-je un poil trop vieille pour bien l’apprécier qui sait? 🙂

Publicités

4 réflexions sur “De l’existence ( suite et fin )

  1. Bon ce genre de livre me laisse toujours frustré. Le début d’une réflexion intéressante mais ce sentiment d’inachevé… je ne sais pas au final si je vais tenter… peut être si je le croise à la bibli ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s